Accueil > Actualité des luttes >Actualité des luttes
 
Actualité des luttes
 
  • AG de grévistes 10 octobre 2017

    Dans l’optique d’amplifier le mouvement contre les mesures libérales de ce gouvernement et de poser la question de la grève reconductible, la CGT Educ’action 95 a proposé l’organisation d’AG de grévistes intersyndicales dans le département.

    Elles auront lieu dans les principaux bassins du département selon les modalités suivantes :

    - Bassin d’Argenteuil et sa région : Espace Mandela salle 1 à 9 heures 30.

    - Bassin de Cergy et sa région : Ecole Cezanne à Pontoise 2 boulevard des cordeliers à 9 heures 30.

    - Bassin de Garges et sa région : LPO Arthur Rimbaud avenue de la division Leclerc à Garges à 9 heures 30.

    Nous appelons donc l’ensemble des personnels à se rendre à ces AG pour discuter de la suite du mouvement. Nous sommes également preneurs des remontées en termes de pourcentage de grévistes. L’effet d’entrainement est fondamental dans la construction du rapport de force.

    La manifestation parisienne partira de place de la République à 14 heures en direction de Nation.

    A nouveau et dans le but de convaincre encore et toujours les collègues, vous trouverez nos publications en cliquant sur le lien suivant :

    http://www.cgteducaction95.ouvaton.org/spip.php?article108

    Fraternellement.

    Le bureau de la CGT Educ’action 95

    Lire la suite
  • Tous en grève le 10 octobre !

    Comme pour les salarié-e-s du privé, le gouvernement décline sa politique libérale dans la fonction publique. Répondant aux injonctions du patronat, Macron et ses ministres mettent en application, en même temps que la destruction du code du travail, des recettes bien connues :

    -  Baisse de 120 000 fonctionnaires,
    -  Gel du point d’indice tout juste décongelé l’année passée,
    -  Augmentation de la CSG qui touche l’ensemble des salarié-e-s,
    -  Retour du jour de carence.

    Ces décisions sont bien entendues emblématiques d’une volonté, à la fois, de stigmatiser mais également de faire peser une partie des réformes libérales sur la fonction publique. Ils restent que ces choix véritables de la part du gouvernement dans la continuité des précédents s’accompagnent d’une destruction plus en profondeur des services publics. En effet, que cela soit dans l’éducation ou ailleurs dans les autres fonctions, on assiste à une augmentation du nombre de contractuel-le-s renforçant la précarité, une baisse des dotations de fonctionnement obligeant à faire toujours plus avec toujours moins…

    Cette situation n’est pas acceptable et n’est pas une fatalité ! Cela passe par une mobilisation d’ampleur pour s’opposer à ces choix pour imposer un autre modèle de société.

    Le 10 octobre doit être une première étape. Nous avons pris contact avec l’intersyndicale du département pour organiser une AG de grévistes dans l’optique d’ancrer la grève et de poser la question de sa reconduction. Car, il ne s’agit pas de minimiser l’opposition face à nous ! Seul un mouvement de grève massif fera reculer le gouvernement et permettra d’obtenir de nouveaux droits !

    Afin d’alimenter et d’animer le débat auprès des collègues, vous trouverez en pièce jointe les publications suivants :

    -  Tract CGT Educ’action pour 10 octobre.
    -  Publication CGT sur la CSG.
    -  4 pages sur le collège.
    -  4 pages sur le lycée pro.
    -  Petit cahier de la CGT Educ’action

    Lire la suite
  • Appel à la grève pour le 21 septembre

    Après le succès de la manif et de la grève du 12 septembre, la CGT reste mobilisée et appelle d’ores et déjà une nouvelle journée de grève et de manifestation le jeudi 21 septembre (départ Montparnasse 14h). Macron et son gouvernement doivent entendre les revendication de salarié-es : pas de casse du code du travail mais pas de politique libérale non plus, ni de politique anti fonctionnaire, déjà largement engagée. Tu trouveras en PJ les tracts de la CGT Educ’action et de l’union régionale CGT.

    fraternellement

    Le bureau de la CGT Educ’action 95

    Lire la suite
  • Appel pour le 1er mai.

    Le 1er mai est une journée de mobilisation pour la fraternité et la solidarité internationale mais également un rappel de nos revendications pour de nouveaux droits.

    Dans la partie Documents le communiqué de notre union régionale d’appel à la manifestation pour le 1er mai.

    La manifestation partira de la place de la République à 14 heures 30.

    Rendez-vous sous le Ballon de l’UD CGT 95.

    Lire la suite
  • Le Mercredi 8 mars Journée internationale des droits des femmes

    Journée de LA femme, journée des femmes… Non, malgré les raccourcis volontiers utilisés par les média et les nombreux stéréotypes véhiculés à cette occasion, le 8 mars ne peut se réduire à ces appellations. Il s’agit bien de la Journée internationale des droits des femmes. Son origine se doit aux luttes ouvrières et aux nombreuses manifestations de femmes réclamant le droit de vote, de meilleures conditions de travail et l’égalité entre les hommes et les femmes, qui agitèrent l’Europe, au début du XXe siècle.

    Rendez vous 15h40 précise place de la République.
    Une manifestation partira ensuite direction Opéra.

    Vous trouverez de plus amples informations sur les liens suivants :

    http://cgt.fr/-Le-8-mars-a-15h40-toutes-et-tous-
    http://8mars15h40.fr/

    Lire la suite
  • Journée fonction publique 7 mars

    Le 7 mars 2017, la FERC‐CGT appelle à la mobilisation pour défendre les Services publics :

    • Défendons le Service public de Santé et notre bien commun qu’est la Sécu ;
    • Défendons les Services publics de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de la Culture ;
    • Arrêtons les restructurations territoriales qui démantèlent les services publics (abrogation des lois LRU‐Pécresse et LRU‐Fioraso et arrêt des fusions et ComUE, abrogation de la loi Peillon…) ;
    • Exigeons une hausse de nos salaires, qui passe dans le public par la hausse immédiate et importante du point d’indice et la refonte des carrières pour redonner de l’attractivité à l’emploi public ;
    • Défendons le Statut de la Fonction publique et exigeons la création des postes de titulaires pour exercer nos missions au compte de toute la population ;
    • Exigeons la titularisation de tous les précaires qui sont aujourd’hui massivement utilisés dans tous nos établissements pour pallier le déficit en emplois de titulaires ;
    • Exigeons l’abrogation du système inégalitaire qu’est le RIFSEEP, prime à la tête du client ;
    • Dénonçons les fausses avancées du PPCR largement payées par le blocage de nos salaires et la suppression des avancements accélérés d’échelons, et exigeons une vraie revalorisation de nos salaires basée sur l’augmentation conséquente de la valeur du point d’indice ;
    • Défendons l’école pour toutes et tous, ce qui passe par une réelle politique d’Éducation prioritaire.

    Vous trouverez sur le lien ci-dessous l’appel fédéral pour la journée de mobilisation service public du 7 mars prochain :

    https://www.ferc-cgt.org/le-7-mars-2017-on-defend-les-services-publics

    Vous trouverez aussi dans la partie Documents, le premier journal de notre Union départementale sur les services publics. A diffuser largement.

    Rendez vous à 13h place Denfert Rochereau :

    Lire la suite
  • Education Prioritaire - On continue encore et toujours !!

    Bonjour à toutes et tous,

    Les personnels du collectif "Touche Pas Ma ZEP" ont voté en Assemblée Générale une journée de grève et de mobilisation le JEUDI 19 JANVIER 2017.

    La CGT Educ’Action 95, Académique et Nationale s’inscrit dans ce mouvement depuis le début. Elle poursuit son soutien et appelle à la grève pour jeudi 19 janvier prochain. Vous trouverez les différents appels, communiqué de presse dans la partie Documents de cet articles.

    Jeudi 19 Janvier :

    • 11h : Assemblée Générale
    • 13h : Manifestation Départ de la place de la Sorbonne.

    Soyons nombreux dans la rue pour faire progresser l’éducation prioritaire au lycée !!

    Lire la suite
  • Mobilisation dans l’éducation prioritaire Jeudi 17 Novembre

    Comme prévu la mobilisation s’amplifie en vue du 17 novembre.
    Outre la région parisienne où la mobilisation sera forte, 10 lycées d’Aix Marseille seront en grève ainsi que les 3 lycées de Dreux et des lycées de l’Oise.
    Le matin aura lieu une AG pour décider des suites 10h à la salle Ferrer de la Bourse du Travail à République.
    la manif partira l’après- midi à 14 h à l’angle de la rue Saint Guillaume et rue de Grenelle puis direction l’assemblée nationale

    Le ministère doit lâcher !
    Toutes les infos ici http://www.tpamz.levillage.org

    Lire la suite
  • 19 et 20 OCTOBRE : GOODYEAR - TOUTES ET TOUS A AMIENS

    JPEG - 172.5 ko

    RENDEZ-VOUS À AMIENS LES 19 ET 20 OCTOBRE POUR EXIGER LA RELAXE DES 8 DE GOODYEAR ET POUR EXIGER L’ARRÊT DE LA CRIMINALISATION DU MOUVEMENT SYNDICAL ET DU MOUVEMENT SOCIAL.

    Cher-es camarades,

    Alors que se multiplient les cas de répression et d’acharnement judiciaire contre les syndicalistes, ou contre des militants politiques du mouvement social ; Alors que des dizaines d’inculpés du 49.3 et de la « loi travail » se voient traînés devant les tribunaux ;
    Alors que l’Etat d’urgence prolongé remet en cause nos libertés fondamentales ;
    le gouvernement, dans l’intérêt du patronat, exige des têtes, des exemples, pour terroriser les salariés. Surtout quand il s’agit d’intensifier leur guerre contre les pauvres.

    Il n’est plus seulement question de peines avec sursis, ou de licenciement (Cf. le DS CGT d’Air France dont la ministre du travail réclame la tête, malgré l’opposition de l’inspection du travail), injustices déjà bien insupportables.

    A Amiens, en appel les 19 et 20 octobre prochain, il sera question de 10 mois de prison ferme pour nos 8 camarades du syndicat CGT de GOODYEAR, dont le crime odieux est d’avoir refusé la fatalité de la fermeture de leur usine, la fatalité de la logique capitaliste mortifère qui autorise une accumulation sans limites du capital pour quelques-uns quand pour la masse des travailleurs et de leur famille, c’est le chômage, la précarité et la pauvreté des bas salaires.

    Mais comme une injustice faite à l’un est une injustice faite à tous, à Amiens, les 19 et 20 octobre, c’est aussi un temps fort de mobilisation de solidarité, de toute la CGT et au-delà. Un temps fort pour exiger du gouvernement la relaxe de nos 8 camarades, la fin de la criminalisation du mouvement syndical, l’arrêt immédiat de toutes les poursuites contre les syndicalistes, les manifestants contre la « loi travail », etc.

    Une montée nationale est organisée pour soutenir nos camarades.

    Alors soyons-y nombreux, unis, solidaires et déterminés !!

    Un car CGT partira de Cergy à 6H30 le mercredi 19/10. Il y a des places réservées pour la CGT Educ’action.

    Le syndicat organise aussi des co-voiturages et peut prendre en charge les frais d’essence.

    POUR S’INSCRIRE C’EST FACILE, IL SUFFIT D’APPELER LE SYNDICAT OU D’ENVOYER UN COURRIEL.
    MAIS IL FAUT LE FAIRE RAPIDEMENT

    Fraternellement
    Le bureau du syndicat

    Lire la suite
  • Grève et Actions Mardi 11 octobre 2016 Lycées en Education Prioritaire.

    L’AG des lycées en lutte pour l’éducation prioritaire a voté une journée de grève et de mobilisation le mardi 11 octobre 2016. La CGT Educ’Action 95 appelle à la grève et a participer aux différentes actions.

    Une manifestation est prévue avec un départ de Sèvres-Babylone en direction du ministère.

    Plusieurs actions sont prévues pour les différents bassin du Val d’Oise.

    Sur Garges-lès-Gonesse :

    • Le lycée Arthur RIMBAUD a voté la grève et des grévistes se joindrions à la manifestation parisienne.
    • Le Lycée Simone de Beauvoir a voté la grève et des grévistes se joindrions à la manifestation parisienne.
    • Rassemblement devant la mairie dans la matinée.

    Sur Goussainville :
    Lycée Romain Rolland

    • Tractage sur le marché samedi matin
    • Réunion lundi 10 octobre avec les parents d’élèves à 18h
    • Vote en Heure d’information syndicale de la grève

    Sur Argenteuil :
    Lycée Georges Braque, Julie Victoire Daubié, Nadia et Fernand Léger et Jean Jaurès

    • Accueil des grévistes le matin dans les établissements.
    • Envoi d’une délégation aux lycées de Bezons.
    • AG d’établissement à 10h.
    • Rassemblement à la sous-préfecture d’Argenteuil à 12h.
    • Manifestation à 14h sur Paris.
    • De plus le lycée Jean Jaurès sera occupé la nuit de lundi avec information en direction des parents à partir de 18h.
    Lire la suite
  • Mobilisation réussie dans l’éducation prioritaire

    Vous trouverez en pièce jointe le communiqué de la CGT Educ’action 95 sur la mobilisation des lycées en éducation prioritaire et sur les suites du mouvement.

    N’hésitez pas à le diffuser largement autour de vous pour amplifier la mobilisation !

    Fraternellement.

    Le bureau de la CGT Educ’action 95

    Lire la suite
  • Journée de mobilisation des lycées en éducation prioritaire

    Jeudi 29 septembre, une journée de grève et de mobilisations a été déposé par l’intersyndicale académique.

    Cette journée de mobilisation concerne le devenir des lycées en éducation prioritaire. Plusieurs établissements sont en lutte depuis le début de l’année. Exemple : le Lycée Joliot Currie à Nanterre s’est mis en grève reconductible dès le début de l’année avec, au plus fort de la mobilistation, 80% de grévistes.
    Un collectif de lycées, avec la CGT Educ’action, Sud Education et la FSU, s’est rassemblé l’an dernier avec pour point commun le devenir des lycée en Education Prioritaire.
    Il avait été décidé lors de l’AG de fin d’année, d’effectuer une rentrée combative sur cette question.
    Chose actée, mouvement lancé. Lors de l’AG du vendredi 16 septembre, les lycées présents signataire d’un appel "Touche pas ma ZEP" ont décidé de la journée d’action du jeudi 29 septembre.

    Le devenir des lycées en éducation prioritaire reste flou. Les collègues ont besoin de réponses claires. Ainsi une demande d’audience a été adressée à la Ministre afin d’avoir ces réponses et une position claire concernant les lycées.

    De plus, l’intégration des lycées dans un dispositif relevant de l’éducation prioritaire ne doit pas se faire sans une réévaluation des établissements intégrant ce dispositif. Certains lycées méritent d’entrer dans le giron de l’éducation prioritaire. Le climat social en France ne fait que s’aggraver et de plus en plus de nos élèves ont des parents relevant de CSP très défavorisée.

    Vous trouverez dans la partie Documents le communiqué intersyndical académique pour jeudi ainsi que l’appel "Touche pas ma ZEP".

    Le lycée René Cassin de Gonnesse est un exemple de lutte qui paye. Après une semaine de mobilisation, alors que les effectifs par classe était surchargé (36 élèves en classe de 1ère STMG), le lycée a obtenue la création d’une 1/2 classe de STMG à 18 élèves, permettant de décharger les autres classes en dessous du seuil des 30 élèves.

    Lire la suite
  • Appel à la grève et à la manifestation contre la loi travail le jeudi 15 septembre.

    Vous trouverez en cliquant sur le lien suivant le tract de notre union régionale Île de France CGT concernant l’appel à la grève et à la manifestation contre la loi travail de jeudi 15 septembre prochain :
    http://cgtparis.fr/IMG/pdf/tract_urif_15_septembre.pdf

    La manifestation partira de Bastille à 14 heures en direction de République. Attention, il ne sera pas possible d’intégrer le cortège en dehors de place de la Bastille.

    Des cars sont disponibles pour un départ groupé :
    CERGY :
    1 car : à 13 Heures à la Maison des Syndicats à Cergy
    26 rue Francis Combe.
    Inscriptions à l’UD au 01.30.32.60.22

    ARGENTEUIL :
    1 car : à 12 h 45 devant Dassault 1 Avenue du Parc
    puis à 13 h devant la salle Jean Vilar – Boulevard Héloïse.
    Inscriptions à l’UL au 01.34.10.55.11

    Le rendez-vous pour le cortège CGT Educ’Action sera au niveau du Ballon de la FERC (Fédération Education Recherche et Culture).

    Lire la suite
  • Mardi 5 Juillet, Journée de Grève et Manifestation.

    La lutte continue encore et toujours,

    Alors que le projet de loi a été voté au Sénat dans sa version la plus libérale, celui-ci va effectuer son retour devant l’assemblée nationale le Mardi 5 Juillet.

    Le gouvernement commence à réorienter les discussions autour du 49-3. Il prépare l’ensemble des travailleurs à l’application de cette procédure anti-démocratique.

    Pour montrer notre désaccord avec ce projet, exiger son retrait et la construction d’un vrai projet de loi émancipateur et protecteur pour tous les travailleurs, Tous dans la rue le mardi 5 Juillet :

    Départ 14h de la place d’Italie direction Bastille.

    Lire la suite
  • Grèves et Manifestations 23 et 28 Juin 2016

    La lutte continue !

    Malgré la réussite de la manifestation nationale du mardi 14 juin dernier, le gouvernement reste sourd à nos revendications, le retrait du projet de loi travail et l’obtention de nouveaux droits.

    Ainsi l’intersyndicale appelle à 2 journées de grève et mobilisation le jeudi 23 et Mardi 28 Juin prochain.

    Le jeudi 23 Juin la manifestation partira à 14h de Bastille en direction de Pont Morland puis retour à Bastille. Profitez en pour faire plusieurs boucles ce n’est pas long !

    Le mardi 28 Juin, la manifestation partira à 14h de Bastille en direction de Place d’Italie.

    Dans la partie Document vous trouverez le communiqué de presse.

    Lire la suite
  • Appel à la grève nationale et à la manifestation Mardi 14 Juin

    Loi Travail, loi du Capital…RETRAIT !

    Le 14 juin doit être une journée historique interprofessionnelle de grève

    Le 15, on continue !

    On peut gagner, on doit gagner, on va gagner !

    La CGT Educ’Action 95 appelle clairement à la grève reconductible à partir du 14 juin.

    D’ici le 14 Juin, vous trouverez dans la partie Documents, en bas de cet article, un documents à diffuser autour de vous.

    Nous n’avons pas d’autre choix quand la loi Travail attaque frontalement un siècle de progrès social autour du contrat de travail. Quand un gouvernement s’entête à offrir en fin de mandature un tel cadeau à ses amis capitalistes.

    Certes ce gouvernement n’en est pas à son coup d’essai. Après l’ANI, le CICE, l’augmentation de l’âge de départ à la retraite, les lois Rebsamen et Macron, le refus d’une amnistie en faveur de syndicalistes condamnés, le pacte de stabilité, la politique d’austérité, (donc le gel des salaires)… Des cadeaux pharaoniques au patronat et au grand Capital.

    Où en sommes-nous ?

    Depuis trois mois, la lutte pour le retrait de la loi Travail - loi du Capital imposée par la violence du 49.3 – est engagée dans tout le pays. Avec les salarié-es, les lycéens et étudiants qui ont clairement identifié le danger.

    Après 8 journées de grève et de manifestations massives dans tout le pays, la détermination des travailleurs organisés dans le front syndical de lutte, CGT, FO, Solidaires, FSU, et les organisations de jeunesse UNEF, Fidl, UNL se renforce chaque jour. Le pic de manifestants le 31 mars a atteint 1,2 millions. Depuis, 12 mai, 17 mai, 19 mai, 26 mai…le mouvement va crescendo.

    Et ce ne sont pas les provocations jaunistes du secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, qui entraveront notre détermination. Lui qui ose venir au secours de ses maîtres pour déclarer qu’il ne faut rien changer à la loi. Lui qui ne s’émeut même pas lorsque le soir du 49.3 Valls réintroduit dans sa loi des éléments qu’il avait promis à la CFDT de retirer du fait de notre mobilisation.

    Le rapport de force s’élève car c’est désormais l’heure de la grève reconductible décidée à la base par les salarié-es dans la pétrochimie, les ports, les centrales EDF, de nombreuses entreprises, et désormais la SNCF et la RATP.

    Le vernis des bonnes manières de la bourgeoisie s’est vite craquelé dans les médias, au gouvernement Hollande-Valls qui veut nous « apprivoiser », dans les rangs des Républicains ou dans la bouche du dirigeant du MEDEF Gattaz qui traite le 30 mai les syndicalistes de lutte de « Voyous et Terroristes »,c’est-à-dire au même niveau que les bourreaux des victimes du Bataclan, des terrasses parisiennes ou de Charlie Hebdo.

    Tout ce beau monde tombe le masque et déverse sa haine de classe quand leurs profits sont un peu menacés. La CGT, pivot de cette mobilisation, est la cible privilégiée d’attaques tous azimuts d’une violence inouïe.

    Seule la grève permet de rappeler que ce sont bien les travailleurs qui produisent toute la richesse. Seule la grève permet le rapport de force. Quel démenti à un Sarkozy déclarant qu’en France quand c’est la grève, plus personne n’est au courant.

    Elle a permis d’arracher de avancées pour la jeunesse, et un volte-face sur les routiers après trois jours de grève, la preuve au passage que la baisse du taux des heures supplémentaires avait des conséquences réelles.

    Depuis le gouvernement fait tout pour déminer la colère dans de grandes opérations d’enfumage. La recherche publique, l’ISOE des enseignant-es du primaire, etc.

    Pour autant, nous pouvons et nous devons mieux faire. La grève est encore minoritaire dans les entreprises et les services publics de ce pays.

    Généraliser la grève dans l’Education nationale

    Nos militant-es et certains collègues en sont à 6 journées de grève depuis le 9 mars, mais ce n’est pas encore une majorité loin de là.

    Nul ne doit déléguer aux collègues mobilisés, aux camarades des secteurs en grève reconductible, le soin de gagner une bataille essentielle qui concerne les conditions de travail et de vie de TOUTES et TOUS et de nos enfants. Car ce combat est bien celui du progrès social pour toutes et tous.

    La solidarité financière est importante, via la constitution des caisses de grève. C’est un premier pas indispensable. Mais les grévistes de la pétrochimie, d’EDF ou des transports appellent surtout un maximum de salarié-es à les rejoindre et à partout étendre et généraliser la grève.

    Le 14 juin est posée comme une nouvelle journée de grève interprofessionnelle, cette fois ci avec une manifestation nationale, c’est-à-dire la montée sur Paris de cortèges de province.

    A la CGT Educ’action 95, nous mobilisons depuis le 9 mars pour ce mouvement et appelons lors de chaque journée à des AG, que nous animons en interpro quand c’est possible, comme à Cergy ou Argenteuil, grâce à notre outil de l’interpro, nos Unions Locales et notre Union Départementale.

    Dans le Val d’Oise, nous avons proposé à la FSU, FO et SUD de reconstituer une intersyndicale pour amplifier le mouvement, ou pour participer au meeting que nous avons construit vendredi 27 mai à Cergy (70 participant-es). Malheureusement pas de réponses à ce jour.

    A la CGT Educ’action 95, nous prenons la responsabilité d’appeler à la grève reconductible à partir du 14 juin.

    Lire la suite
  • Meeting syndical le 27 mai à 20H

    Bonjour à toutes et tous,

    Un meeting syndical d’informations et d’échange est organisé le vendredi 27 mai prochain à partir de 20 heures à la maison des syndicats de Cergy. Vous trouverez dans la partie Document le flyer à diffuser largement autour de vous.

    Fraternellement,

    La CGT Educ’Action 95

    Lire la suite
  • La mobilisation contre la loi Travail continue

    JEUDI 26 MAI - RETRAIT DE LA LOI TRAVAIL

    GREVE INTERPROFESSIONNELLE CGT, FO, Solidaires, FSU, UNEF, Fidl, UNL

    AG de grève :

    - 9H à la maison des syndicats de Cergy.
    - 9h Rendez-vous devant la permanence PS « rue piétonne » à Argenteuil + AG devant Mandela à 10h30.

    Manifestation régionale

    Départ 14H Bastille vers Nation. Rendez-vous au ballon de la FERC.

    La loi travail, c’est le retour au XIXe siècle !

    C’est un coup de balai sur un siècle de luttes syndicales pour le progrès !
    Le 49-3 est un déni de démocratie !
    Le 1er ministre Valls l’annonce depuis des mois :
    il y aura une transcription à la Fonction publique, contre nos statuts

    Les casseurs du Code du Travail doivent retirer cette loi, rejetée par 75% de la population

    Déclaration de Valls le 24/09/15 sur le plateau de France 2 « Des paroles et des actes », cité dans le Parisien
    « Pas de tabou », sur les fonctionnaires ou le Code du travail. Alors que son ministre de l’Economie a mis le feu à gauche en estimant (en off) qu’il fallait faire évoluer le statut des fonctionnaires, Manuel Valls juge qu’« il faut avoir une approche pratique et non idéologique sur ces questions-là ». « Il ne faut surtout pas de brutalité sur ces sujets », estime-t-il en revanche. « La Fonction publique de l’Etat peut évoluer, mais elle doit rester au cœur de notre pacte républicain et social », poursuit-il, ajoutant : « Il n’y a pas de tabou. Il ne faut pas généraliser, s’il faut moderniser tel ou tel secteur j’y suis favorable. » Quant au Code du travail, qui promet des débats houleux au sein de la majorité, il sera réformé. « Il faut faire une loi, adoptée avant l’été 2016, pour répondre au plus près aux attentes des entreprises et des salariés. Nous devons assouplir notre économie nous devons assouplir notre Code du travail en donnant des droits aux salariés », indique le Premier ministre. »

    Dont acte !
    La Loi travail démantèle le Code du travail et les accords de branche.

    Elle s’en prend aussi directement et immédiatement au Statut général avec la « création du compte personnel d’activité » dans la Fonction publique.

    Le CPA à ce stade, contient le CPF (Compte personnel de Formation) et le C3P (Compte personnel de prévention de la pénibilité).

    Les statuts sont jugés trop contraignants pour déplacer les agents en cas de restructuration. Une formation professionnelle imposée et individualisée serait alors l’outil de la mobilité forcée. Des droits à la formation individualisée déconnectés des statuts seraient surtout un instrument de plus de la Boite à outils RH pour accompagner les restructurations, les réformes territoriales et imposer à l’agent de discuter seul ses conditions de reclassement avec son compte personnel. Quant au C3P, il remettrait en cause le service actif fixé par corps pour développer le compte individuel pénibilité. Les agents publics (tant fonctionnaires que contractuels) ont des droits individuels pour la formation et la pénibilité dans le cadre collectif du Statut général et de statuts particuliers. Il faut les améliorer et non les supprimer.

    Ainsi, à tous les niveaux, de manière directe ou indirecte, la loi Travail aura un impact sur les fonctionnaires et agents publics.

    Jeudi 26 mai, c’est une nouvelle journée de grève et de manifestation interprofessionnelle à l’appel de la CGT, de FO, de Solidaires, de la FSU, et des organisations de jeunesse.

    Les salarié-es de la pétrochimie, les cheminots, les dockers…sont en grève reconductible avec leurs syndicats CGT SUD et FO. La CGT de la RATP appelle à reconduire la grève à partir du 2 juin.
    Jeudi 19 mai, près de 400 000 personnes ont rejoint les manifestations contre la loi Travail, soit près du double de mardi dernier, des dizaines de milliers d’autres étaient sur les barrages et les piquets de grève. 6 raffineries sur 8 sont arrêtées ; la grève est reconduite dans des ports comme Nantes-Saint Nazaire ou Rouen ;
    1 cheminot sur 3 est en grève ; chez Rhodia, 16 sites sur 18 sont en grève, les salarié-e-s des aéroports de Paris sont en grève reconductible, la mobilisation des routiers s’étend... Et ce ne sont que quelques exemples !

    Et le Premier Ministre ose parler d’essoufflement ! Il ose s’interroger sur la pertinence des manifestations ! Les salarié-e-s, vent debout contre la loi Travail, les 70% de la population opposés au projet de loi, les milliers de manifestants bravant les discours alarmistes sur les manifs viennent de lui apporter une réponse magistrale.

    Ils ont pris leurs responsabilités, ce qui est loin d’être le cas du gouvernement.

    Oui, irresponsable de parier sur le pourrissement d’un mouvement !

    Oui, irresponsable d’entretenir un climat anxiogène !

    Oui, irresponsable de dresser les citoyens les uns contre les autres !

    Oui, irresponsable de s’obstiner à vouloir imposer une loi qui fait l’objet d’un tel rejet !

    Notre responsabilité est de ne pas déléguer la grève à nos camarades de ces secteurs !
    Mais bien de tenter de la construire dans l’éducation, même de façon minoritaire.

    Lire la suite
  • Mobilisation contre la loi Travail

    Cher-e-s camarades,

    Le gouvernement fait le choix prévisible depuis plusieurs jours d’utiliser le 49-3 de la constitution permettant l’adoption sans vote d’une loi. Dans le même temps, la surtaxation des CDD est abandonnée sous pression du MEDEF alors que la mobilisation des jeunes et des travailleurs depuis de nombreuses semaines dénoncent le projet réactionnaire de la loi travail et demande son retrait.

    Cette situation inacceptable doit renforcer la conviction des travailleurs que cette loi est une attaque contre leurs droits mais aussi doper notre combativité.

    De nouvelles mobilisations (un préavis de grève couvre l’ensemble des personnels de l’éducation) sont à l’ordre du jour :

    - jeudi 12 mai avec une manifestation allant de Denfert Rochereau à l’assemblée, départ 14h

    - le mardi 17 et jeudi 19 mai

    Communiqué intersyndical : http://www.cgt.fr/Amplifier-la-mobilisation-face-au.html

    Il s’agit maintenant d’ancrer la grève et de poser clairement la question de la reconduction. Cela signifier en débattre avec les travailleurs en lutte.

    Lire la suite
  • Projet de loi Travail : ni amendable, ni négociable !

    Jeudi 31 Mars, un appel intersyndical et interprofessionnel appelle à la grève et à la manifestation contre le projet de loi Travail.

    Vous trouverez dans cet article différentes informations vous permettant de préparer au mieux cette journée.

    Dans la partie Documents, vous trouverez plusieurs tracts concernant le projet de loi travail dont l’expression de la CGT Educ’action95.

    Différentes AG auront lieux à 9h le 31 mars :

    - Cergy : Maison des syndicats

     
    - Garges : Ecole Victor Hugo Elementaire

     
    - Argenteuil : Espace Mandela, Salle 123

    Le départ de la manifestation s’effectuera de place d’Italie à 13h30. L’arrivée est prévue sur la place de la Nation. Le cortège empruntera le boulevard de l’Hôpital puis le boulevard Diderot.

    Rendez-vous derrière le ballon de la CGT Educ’Action

     
    Une vidéo de la confédération CGT sur le code du travail qu’il nous faut :

     
    Toutes et tous en grève et à la manifestation !

    Lire la suite
  • EREA de Sannois en lutte

    A l’EREA de Sannois, certains CAP s’effectuaient en 3 ans. Cela permettait d’accueillir des élèves en grandes difficultés ou en situation de handicap, de leur redonner confiance en eux et en l’école et ainsi obtenir un diplome qualifiant.

    Or fin décembre, L’EREA de Sannois s’est vu annoncé la fermeture de 2 secondes CAP CAPA. Ces secondes permettaient justement aux jeunes d’obtenir leur CAP en 3 ans. Les parents d’élèves et enseignants du lycée se sont donc mobilisés afin d’éviter ces fermetures.
    Sous l’impulsion de la section CGT Educ’action de l’EREA, l’ensemble de l’établissement s’est mis en grève et une vingtaine de personnels s’est réunie devant l’Inspection Académique du Val d’Oise le Mardi 05 Janvier. Dans la foulée, la reconduction de la grève a été votée pour le lendemain.
    Suite à ce mouvement, une délégation a été reçu par l’IA et la DAET. Ces derniers ont proposé de réétudier le dossier, de maintenir la capacité d’accueil et de donner suffisamment d’heures afin que les élèves puissent avoir le temps de passer leur CAP.
    Lors du Comité Technique Académique, devant le Recteur, l’Inspecteur d’Académie accepte le maintien des moyens d’accueil et de fonctionnement pour l’EREA.

    Mais depuis, Volte-Face, de l’IA. L’EREA perdrait 55h par rapport à cette année ce qui entrainerait automatiquement une réduction de la capacité d’accueil.
    La DHG a été rejeté lors du CA par les représentants parents d’élève et les enseignants.

    Vous trouverez dans la partie Documents, un article du Parisien concernant la lutte. Et sur les liens ci-dessous le blog créé par les parents d’élève de l’EREA pour soutenir ce mouvement ainsi qu’un article du Parisien sur le rassemblement devant l’IA.

    http://les-irreductibles-parents-de-l-erea-sannois.blog4ever.com/
    http://m.leparisien.fr/sannois-95110/sannois-la-greve-se-poursuit-au-lycee-d-enseignement-adapte-05-01-2016-5423779.php#xtor=RSS-1481423633

    Affaire à suivre. La Lutte continue.

    Lire la suite
  • Campagne contre la répression antisyndicale

    Congrès départemental CGT Educ’action 95 des 21 et 22 janvier 2016

    Pour une campagne confédérale contre la répression antisyndicale

    Les syndiqué-e-s CGT du Val d’Oise soutiennent les 8 camarades de GOODYEAR condamnés arbitrairement et disproportionnellement à 24 mois de prison dont 9 mois fermes avec 5 années de mise à l’épreuve, par le tribunal correctionnel d’Amiens.
    Le 23 septembre 2015, nous nous sommes mobilisés dans le Val d’Oise comme partout en France pour exiger le respect des libertés syndicales.
    Ce jugement inique est une véritable arme de guerre contre le monde du travail, contre les syndicats et la CGT en particulier. Le gouvernement fait la démonstration d’une justice de classe la plus intransigeante contre toutes celles et tous ceux qui luttent pour l’emploi.
    Dans ce contexte de début d’année, Etat d’Urgence avec des interdictions de manifestations, des militants écologistes assignés à résidence, une loi mortifère en préparation contre le Code du Travail, les lois Macron et Rebsamen, tout est fait pour museler le syndicalisme et réduire à peau de chagrin les droits et acquis sociaux des salarié-e-s.
    Avec les Bourses du Travail menacées, les salariés d’Air France, d’ERDF, de Tefal et les Goodyear…C’est une politique répressive, concertée et coordonnée au plus haut niveau de l’Etat qui est mise en œuvre.
    La CGT du Val d’Oise prend pleinement la mesure de la situation et prendra ses responsabilités face à la répression de la contestation sociale qui n’a jamais été aussi violente.

    Dans tous les cas, la CGT ne laissera pas emprisonner ses militants !

    L’appel contre cette décision est engagé dès maintenant et nous créerons toutes les conditions pour mobiliser l’ensemble des salarié-e-s, des retraité-e-s et des privés d’emploi du Val d’Oise pour le respect des droits et libertés individuelles et collectives.

    Nous demandons à notre Union départementale et à notre fédération de se prononcer pour l’organisation d’un CCN extraordinaire pour décider une campagne contre les répressions antisyndicale, en lien avec nos revendications sur l’emploi, les salaires comprenant un plan de mobilisation avec le recours à la grève interprofessionnelle.

    Lire la suite
  • Appel pour la levée de l’état d’urgence

    Congrès départemental CGT Educ’action 95 des 21 et 22 janvier 2016

    Appel pour la levée de l’état d’urgence

    Après la barbarie des assassinats commis à Paris le 13 novembre, le président de la République et le gouvernement ont décidé « l’état d’urgence », présenté au sommet de l’Etat comme la réponse à la terreur, à la peur et au désarroi répandus dans le pays par des sectes fascistes, comme la mesure adaptée « pour combattre les terroristes » et « protéger les français », comme condition de « la sécurité, la première des libertés ».

    A leur demande, l’Assemblée nationale, à l’unanimité des groupes politiques qui la composent (à l’exception de six députés qui ont voté contre et une abstention) a, le 20 novembre, voté la prolongation pour 3 mois de l’état d’urgence et aggravé les dispositions liberticides de la loi de 1955 qui date de la guerre d’Algérie.

    Avec l’état d’urgence, ce sont, en réalité, les libertés de tous qui se trouvent dangereusement restreintes et menacées. Une mise sous tutelle sécuritaire de la population toute entière.

    Ainsi :

    • Tout individu peut être suspecté en fonction « de son comportement ».
    • « L’assignation à résidence » — l’interdiction d’aller et venir, de se déplacer librement — ne « doit pas viser uniquement les activités dangereuses avérées », mais aussi « les menaces fondées sur des présomptions sérieuses »
    • Les « perquisitions administratives » deviennent la règle et relèvent de décision des préfets, repré-sentants directs du gouvernement, en dehors de tout cadre judiciaire.
    • La place du pouvoir judiciaire comme garantie des libertés est bafouée.
    • La mise sous contrôle d’internet doit permettre au ministre de l’Intérieur de « prendre toute mesure pour assurer l’interruption de tout service de communication en ligne ».

    Menace contre les libertés individuelles, l’état d’urgence aboutit à installer un Etat policier.

    Ce sont aussi les moyens d’action, d’organisation, d’expression sur le terrain social et politique qui concer-nent syndicats, partis, associations, qui sont remis en question. A l’heure où les travailleurs sont particu-lièrement visés par des politiques antisociales continues qui dégradent les conditions d’emplois, le travail, les salaires, les conditions de vie, l’état d’urgence aggrave la criminalisation de l’activité militante pour l’émancipation et le progrès social.

    Ainsi :

    • Le pouvoir se réserve le droit d’interdire tout rassemblement sur la voie publique, ou toute manifes-tation pour « raison de sécurité ».
    • La loi prévoit la possibilité de « dissoudre les associations ou groupements de fait qui participent, facilitent ou incitent à la commission d’actes portant une atteinte grave à l’ordre public ».

    Les notions introduites dans la loi — « comportement », « trouble à l’ordre public », « raison de sécurité », « atteintes graves à l’ordre public » — permettent les interprétations les plus extensives et présentent le risque de mettre en cause très largement tout un chacun.

    Cet arsenal a servi dans les jours qui ont suivi, à cibler des militants et militantes syndicaux, politiques et associatifs dans le but de les intimider. Sous forme de mise sous surveillance et d’assignations à résidence arbitraires prononcées notamment contre des militants écologistes.

    Le dimanche 29 novembre, à Paris, la police a procédé avec brutalité à 317 arrestations et mises en garde à vue contre les manifestant-e-s défilant dans le cadre de la COP 21. Sans autre fait notifié que leur "participation à une manifestation interdite."

    Les assassinats barbares commis à Paris le 13 novembre ne doivent en aucun cas servir à l’Etat à criminaliser le mouvement syndical ou les luttes sociales.

    Nous réaffirmons notre soutien avec les militant-e-s arrêté-e-s et exigeons qu’aucune suite judiciaire ou administrative ne soit donnée à ces arrestations politiques.

    Sous couvert de combattre « le terrorisme », l’état d’urgence fait peser un danger sérieux sur nos libertés démocratiques, individuelles et collectives, sociales et politiques.

    En conséquence, aux côtés de dizaines d’organisations syndicales, politiques et associatives, au nom de la liberté, de la démocratie, nous en appelons à la levée immédiate de l’état d’urgence.

    Lire la suite
  • Contre la déchéance de nationalité française pour les binationaux

    Congrès départemental CGT Educ’action 95 des 21 et 22 janvier 2016

    Contre la déchéance de la nationalité française pour les binationaux.

    Sous prétexte de combattre le terrorisme en France et profitant de l’état d’urgence, le gouvernement français veut inscrire, comme symbole, dans la constitution, la déchéance de la nationalité française aux binationaux (né ou pas en France).

    La déchéance de la nationalité rappelle des souvenirs douloureux pour la France.

    Cette décision politique discriminatoire et raciste vise essentiellement les français issus de l’immigration et provenant des anciennes colonies françaises. Elle créerait une sous-catégorie de français n’ayant pas les mêmes droits devant la loi. Elle est donc anticonstitutionnelle, injuste, inefficace et inapplicable.

    Les outils pénaux existent déjà en France pour condamner les terroristes.

    Cette stratégie électoraliste du gouvernement est dangereuse parce qu’elle reprend les idées de l’extrême droite.

    La CGT Educ’Action 95 s’oppose et rejette cette future loi.

    Lire la suite
  • Tous et toutes dans la rue le 26 janvier !

    Tous et toutes dans la rue le 26 janvier.

    Un appel à la grève a été lancé dans toute la fonction publique par l’intersyndicale CGT, FO, Solidaire. Cet appel rejoint la grève contre la réforme du collège. Il est absolument impératif de faire de cette journée une réussite et de préparer la suite. En effet, l’appel fonction publique est un moyen de nous opposer à la dégradation des conditions de travail que cela soit en terme de salaires (gel du point d’indice depuis près de 6 ans sans perspective) ou du devenir de l’éducation nationale, des hôpitaux, des collectivités territoriales.

    La réforme du collège est un autre avatar de la casse du service public par la libéralisation de cet échelon de la scolarité des élèves. Les formations et les déclarations sur le sujet confirment les analyses syndicales. Il n’est en rien question d’une amélioration de la situation mais bien du renforcement du pouvoir des chefs d’établissements, de la mise en concurrence des établissements, des disciplines et des collègues. Désormais, il s’agit de continuer et d’amplifier par la grève la lutte contre cette contre-réforme et d’exiger l’ouverture d’une vraie réflexion sur le devenir du collège. La réussite du 26 janvier doit être une première étape.

    Vous trouverez dans la partie Documents :

    - L’appel intersyndical fonction publique.

    - L’appel intersyndical 1er degré pour le 26.

    - Le tract de la CGT Educ’action pour le 26.

    - Le tract de la CGT Educ’action contre la réforme du collège.

    - Le tract de la CGT Educ’action sur l’éducation prioritaire.

    De plus vous trouverez un tract écrit suite à l’AG effectuée sur Argenteuil. Celui-ci appelle à un rassemblement devant la sous-préfecture d’Argenteuil à 11h30 avant un départ unitaire vers la manifestation parisienne.

    Le départ de la manifestation se fera à 13h30 depuis Port Royal pour le cortège Éducation. Celui-ci rejoindra le cortège Fonction Publique à Montparnasse à 14h.
    Rendez-vous au ballon de la CGT Educ’ Action.

    Lire la suite
  • Mobilisation sur Argenteuil contre la réforme du collège

    Une vingtaine d’enseignants de collèges d’Argenteuil se sont rassemblés mercredi 2 décembre à 13 heures devant le collège Jean-Jacques Rousseau. Ils ont saisi l’occasion de la présence de deux inspecteurs d’académie venus présenter la réforme aux professeurs de ce collège pour manifester leur opposition à cette réforme qui leur est imposée et qu’ils estiment dangereuse pour la qualité de l’enseignement dispensé à leurs élèves.

    Ils ont demandé à être entendus afin d’obtenir des éclaircissements notamment sur la mise en oeuvre des EPI (enseignements pratiques interdisciplinaires) et autres mesures programmées, et de dénoncer la perte en heures de cours et en offre de formation que ces dispositifs induisent. Les inspecteurs n’ont pas souhaité les entendre.

    Les professeurs déplorent le manque de dialogue caractéristique de cette mise en chantier à marche forcée de la réforme ; ils envisagent de se réunir bientôt de nouveau pour envisager d’autres actions communes à tous les collèges d’Argenteuil, certains n’ayant pu être présents ce mercredi après-midi pour cause de réunion imposée sur.... la réforme.

    Lire la suite
  • Bilan de la grève sur Pontoise le 19 Novembre

    Bonjour,

    Dans la partie document de cet article, vous trouverez le bilan de la grève du 19 novembre dernier sur Pontoise.

    Un grand bravo à cette belle journée de mobilisation. Malgré une interdiction de manifester de la préfecture, les collègues ont maintenu leur participation à la grève et se sont retrouvés nombreux en AG l’après-midi.

    Le bureau de la CGT Educ’action Val d’Oise

    Lire la suite
  • Solidarité avec les manifestants

    Bonjour à toutes et tous,

    Dans la partie Document, vous trouverez un communiqué de la CGT Educ’action 95 suite aux arrestations et gardes à vue de camarades qui manifestaient à Paris le 29 novembre.

    De plus sur le lien ci-dessous vous trouverez le guide du manifestant arrêté, disponible sur le site de l’UNSEN. Prenez connaissance pour préparer les prochaines manifestations.

    http://www.unsen.cgt.fr/droits-syndicaux-mainmenu-56/guide-du-manifestant-arrete

    Fraternellement
    Le bureau de la CGT Educ’action 95

    Lire la suite
  • Communiqué aux écoles de Pontoise et de Cergy suite aux attentats du vendredi 13 Novembre à Paris et à Saint-Denis.

    Argenteuil, le dimanche 15 novembre

    Cher-es collègues,

    Dans la nuit du vendredi 13 novembre, des attentats ont été perpétrés par des groupes liés à l’extrême droite islamiste, avec la volonté de faire un maximum de morts, aveuglément, dans une salle de spectacle, dans les bars et les restaurants et aux abords d’un stade.
    La volonté de perpétrer un massacre. La barbarie.

    Nous nous associons à l’immense élan d’émotion et de solidarité avec toutes les victimes et avec leurs proches.

    Ces attentats sont des actes ignobles.
    Leur violence procède de la même barbarie que celle de leurs commanditaires syriens ou irakiens, qui cherchent, par la terreur, à mettre en coupe réglée des populations entières, à réduire les femmes en esclavage et à liquider tous ceux qui ne pensent pas comme eux.
    Quelles que soient les idées dont se réclament ceux qui les ont perpétrés, nous n’oublions pas non plus qu’ils sont des ennemis de tous les travailleurs.

    Nous partageons entièrement l’émotion de la population, et en particulier de toutes les victimes de ces attentats et de leurs proches.

    Mais nous ne pouvons avoir aucune solidarité commune avec l’Etat français qui instaure l’état d’urgence, aucune solidarité avec son implication dans le désordre international.
    Aucune solidarité commune avec un gouvernement qui, comme après le 9 janvier et les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hypercacher, met en avant l’unité nationale, en amplifiant dès le lendemain ses attaques contre le monde du travail.
    Car l’unité nationale ne peut se traduire par l’exigence de silence des travailleurs et de leurs revendications pour la justice sociale.

    Et surtout aucune solidarité commune avec l’extrême droite française, ses discours haineux vis-à-vis des musulmans et des immigrés, sa revendication d’un Etat policier encore plus fort, ses projets politiques antisyndicaux et antisociaux.

    Evidemment nous nous gardons de tout amalgame entre ces tragiques événements et l’actualité sociale sur Pontoise.

    Depuis deux mois et demi, une lutte syndicale est engagée sur Pontoise contre les décisions de rentrée de la municipalité, pour défendre les conditions de travail et de salaires, les emplois, de toutes celles et ceux qui au quotidien tentent de faire de l’école un lieu bienveillant, et ouvert au monde.
    Un lieu on l’on apprend la tolérance à l’opposé de tous les obscurantismes. Un lieu où l’émancipation reste à conquérir. Un lieu où chaque collègue aura à trouver des mots d’humanité dès lundi matin avec les enfants et les adolescents de leurs classes face à l’horreur.

    Cette lutte a aussi pour volonté de ne plus laisser dégrader les conditions d’accueil et d’apprentissage des élèves qui nous sont confiés.

    Aussi nous maintenons le préavis de grève déposé pour le jeudi 19 novembre et nous appelons tous les collègues à être en grève et à manifester ce jour là.
    Pour faire aboutir nos revendications. Et, affirmer notre attachement à toutes les libertés, dont les libertés syndicales et de grève.

    Le bureau du syndicat CGT Educ’action 95

    Lire la suite
  • Grève sur Pontoise Jeudi 19 Novembre !!

    Attention !! Suite à un arrêté Préfectoral, la Manifestation du Jeudi 19/11 est annulée !!

    Une AG se tiendra à l’école Cezane, boulevard des cordeliers à 13h30.

    Dans les écoles publiques de Pontoise,
    Enseignants, atsems, animateurs, agents des offices... avec les parents d’élèves solidaires.
    Tous en grève, en manifestation et au rassemblement jeudi 19 novembre
    Non à l’austérité ! Le maire doit satisfaire nos revendications !

    Vous trouverez en bas de cet article le kit de la grève.

    Depuis la rentrée de septembre 2015, les militant-es de la CGT Educ’action mettent tout en oeuvre pour faire de la mobilisation des écoles de Pontoise contre les mesures de suraustérité du maire, un succès. Car nous savons que c’est par la mobilisation et non dans les seules instances que les combats se gagnent.

    Après l’organisation de 4 AG et de deux rassemblements de 120 personnes les 26 septembre et 10 octobre derniers, c’est désormais la dernière ligne droite avant une journée de grève et de manifestation prévue jeudi 19 novembre à Pontoise.

    La CGT Educ’action 95 a déposé un préavis de grève couvrant tous les personnels de l’Education nationale.
    La CGT des territoriaux de Pontoise a déposé un préavis couvrant tous les agents de la commune.

    Les militant-es de la CGT Educ’action 95 la préparent activement pour qu’enfin les revendications collectivement définies soient satisfaites.

    Désormais, une intersyndicale appelle à la grève, composée de la CGT des territoriaux, de la CGT Educ’action, du SNUDI-FO et du SNUipp-FSU

    NOUS EXIGEONS :

    1 ) La nomination de 3,5 atsems manquantes pour cette année , le maintien du dispositif d’une atsem par classe pour les prochaines années. Remplacement des congés courts et longs .
    L’abandon immédiat du projet d’augmentation supplémentaire de 60H du temps de travail annuel sans contrepartie. Et l’ouverture des négociations sur l’annualisation du temps de travail.
    2), le rétablissement immédiat des salaires pour les animateurs (-44% par rapport à l’an dernier) comme pour les enseignants (-16% par rapport à l’an dernier) sur les heures d’étude surveillées et de taps.
    3) Le rétablissement immédiat des dotations par élève pontoisien (jusqu’à –16% par rapport à l’an dernier)
    4) Un plan de titularisation immédiate pour les personnels territoriaux précaires des écoles, atsems, animateurs, agents des offices...

    Dans les conseils d’école, la motion commune a commencé à être mise au vote. Elle a été votée à l’unanimité du conseil d’école commun de l’élémentaire Cézanne et de la maternelle des Cordeliers.

    Du fait de la mobilisation, nous avons obtenu une atsem supplémentaire aux Cordeliers et une promesse de dotation par élève 2016 équivalente à 2014. Mais on est très loin du compte !

    ORGANISATION PRATIQUE DE LA JOURNEE

    13H30 : Départ de la manifestation du groupe scolaire Ludovic Piette.
    Nous proposons et demandons aux collègues et aux parents des écoles des Larris, des Maradas et de Gustave Loiseau de se rendre pour 13H30 devant le groupe scolaire Piette.

    Parcours :

    https://goo.gl/maps/wWrdkrHo1342

    Départ : Ecoles Ludovic Piette (Rue du clos de Marcouville)

    Parc aux Charrettes, Ducher, Moulin, Cézanne/Cordeliers, l’Hermitage. Nous demandons aux collègues de ces écoles d’attendre le cortège afin de le rejoindre au fur et à mesure du parcours, avec les parents d’élèves qui souhaiteront se mobiliser.

    Arrivée : Place de l’Hôtel de ville.

    Lire la suite
  • Bilan du rassemblement du 10 octobre à Pontoise

    Le rassemblement du 10 octobre est un succès. Nous étions encore 150 enseignant-es, atsem’s, animateurs et parents d’élèves. Dont beaucoup de nouveaux venus. Dans une ambiance conviviale, joyeuse et revendicative (voir article du Parisien en PJ).

    Une délégation a été reçue par Messieurs Houillon et Seimbille, Mme Fromenteil, M. Joseph et le DGS (Directeur Général des Services).

    A la sortie, nous n’avons pour le moment obtenu que le recrutement d’une astem aux Cordeliers après la Toussaint.
    Très insuffisant. Probablement une manœuvre de division. Mais nous ne sommes pas dupes.
    C’est aussi la preuve que quand on agit, on obtient. On obtient d’abord un changement de ton !
    Finies les menaces de licenciement sec d’atsem’s, fini de nier les évidences et de nous faire passer des vessies pour des lanternes.

    NON la CGT Educ’action ne ment pas, comme M. Houillon le proclame partout, dans la presse, au conseil municipal, dans les réunions de quartier, quand nous disons qu’il manque 4,5 atsem’s sur la ville, quand nous disons que des animateurs ont 15 ans de CDD, quand nous disons que les dotations par élève sont en baisse, quand nous disons que passer de 21,75 à 18 euros de l’heure d’étude n’est pas une augmentation pour un enseignant, pas plus de 18 à 10 euros pour un animateur. (Car c’est ce que le DGS ose nous sortir à chaque rencontre), etc.

    Il nous faut affirmer plus fort que nous sommes déterminés à obtenir satisfaction sur nos revendications :
    -  Maintien d’une atsem par classe, remplacement des congés courts et longs
    -  Rétablissement de nos salaires, enseignants comme atsem’s
    -  Rétablissement a minima des dotations de 2014
    Parce qu’elles sont légitimes, parce qu’elles sont seulement l’existant d’il y a trois mois.

    -  Et un plan de titularisation pour les agents communaux des écoles, parce que c’est une obligation légale, parce qu’on ne peut pas continuer à croiser des collègues qui n’ont pour seule perspective que la boule au ventre, le chantage à l’emploi, le blocage des carrières et des salaires.
    Le maire ne cesse de comparer la commune à ses voisines, qui ont cassé le dispositif d’une atsem par classe (Cergy, St Ouen l’Aumône,..) mais jamais à Courdimanche ou à Bezons, qui les maintiennent.
    En revanche c’est curieux, on ne compare jamais les taux de précarité des personnels. Sans doute parce que M. Houillon sait qu’il bat tous les records, notamment dans la filière animation…97% ? 98 % ? d’animateurs précaires.
    Les tap’s (Temps d’Activités Périscolaire) ont bon dos car nombre de ces collègues sont depuis des années à temps plein dans les écoles et les centres de loisirs.

    Le mouvement s’ancre et se développe.

    Lire la suite
  • Nouveau rassemblement à Pontoise

    Vous trouverez en pièce jointe l’appel à un nouveau rassemblement à Pontoise samedi 10 octobre à 10 heures 30 devant l’hôtel de ville. Devant le refus de la municipalité de changer de cap en matière éducative, la CGT Educ’action appelle avec les personnels et les parents à se mobiliser. Ce rassemblement est une première étape en vue de la grève du 5 novembre prochain.

    Vous trouverez également en bonus une petite caricature de la situation sur Pontoise.

    Fraternellement.

    Le bureau de la CGT Educ’action 95

    Lire la suite
  • PONTOISE : non au tour de vis d’austérité dans les écoles

    TOUS ENSEMBLE, ENSEIGNANTS, ATSEMS, ANIMATEURS, PARENTS

    SOYONS NOMBREUX A NOUS ORGANISER

    Réunion vendredi 15 septembre - 17H30 - Salle polyvalente de l’école Cézanne

    M. LE MAIRE DE PONTOISE,

    POUR LES ECOLES PUBLIQUES DE VOTRE VILLE,

    LES PERSONNELS, LES ELEVES ET LEURS FAMILLES

    REVENEZ SUR VOS DECISIONS !

    TOUS ENSEMBLE

    ENSEIGNANTS, ATSEMS, ANIMATEURS, PARENTS

    NON A L’AUSTERITE DANS LES ECOLES !

    Appel rédigé suite à la réunion du 4/09/15 avec le soutien du syndicat CGT Educ’action

    Le vendredi 4 septembre en soirée, nous étions plus de 45 à nous réunir dans l’urgence à l’école Cézanne. Enseignants, atsems, parents,…représentant 6 groupes scolaires de la ville.

    L’émotion était vive suite aux décisions du maire de Pontoise, M. Houillon, annoncées aux écoles le jour de la pré-rentrée, brutalement, sans aucune concertation :

    ATSEMS, UNE ESPECE EN VOIE DE DISPARITION A PONTOISE ?

    Le maire ne nomme aucune atsem sur les 3 ouvertures de classe maternelle (Loiseau, Piette, Cordeliers). Aux Cordeliers, la nouvelle classe de MS est déjà à 29 élèves. A Gustave Loiseau, elles ne sont déjà plus que 5 atsems et demi au lieu de 7...et on leur rajoute le nettoyage des communs le soir ! A Ludovic Piette, on retire une atsem des TPS.

    La charge de travail s’alourdit encore pour nos collègues (TAP, ateliers de classe, cantines, ménages), les pauses deviennent théoriques et , en sous-effectifs, les rotations s’imposent : toutes les classes se retrouvent impactées.

    Or nous savons toutes et tous ce que signifie une classe de maternelle sans atsem : la galère ! Le burn-out pour seule perspective pour les personnels.

    Et une dégradation des conditions d’apprentissage et de vie scolaire pour les élèves. « Une usine à enfants sans encadrement » déclarait très justement un parent présent.

    Pour les écoles qui ne sont pas encore concernées, aucune illusion possible. Durant la réunion de quartier aux Cordeliers du jeudi 3 septembre, la municipalité a annoncé sa volonté de ne plus nommer d’ATSEMS dans toutes les classes de GS de la ville. Et de ne plus remplacer les atsems en congé maladie, même au-delà de 15 jours.

    ETUDES SURVEILLEES : BAISSES DE SALAIRE !

    Pour les enseignant-es du 1er degré, la rémunération est fixée par décret depuis des décennies (D 66-787 du 14/10/66). Jusqu’en 2011, le taux horaire était garanti par reconnaissance de notre qualification. Aucune municipalité ne pouvait y déroger.

    Hélas, depuis l’intervention du ministre Eric Woerth sous présidence Sarkozy, ces taux furent transformés en plafonds indicatifs. Laissant les municipalités les fixer à leur guise.

    En cette rentrée, la mairie de Pontoise vient d’annoncer par courrier que pour un PE, l’heure d’étude surveillée passe de 21,85 euros à 18 euros et pour un animateur de 18 euros à… 10 euros.

    16% de baisse de salaire dans un cas, 44% dans l’autre cas !!! Ce n’est plus une baisse, mais un effondrement grec.

    En ces temps de blocage prolongé des salaires dans la fonction publique, cette atteinte aux qualifications et aux salaires est injustifiée et inacceptable. Pour les animateurs comme pour les enseignants, c’est du mépris.

    Aux collègues des Maradas qui interpelaient M. Houillon le jour de la rentrée, et lui disaient leur intention de ne plus assurer l’étude surveillée ou les tap, le maire tendit la paume de la main en déclarant : « Vous perdez de l’argent mais vous en gagnez encore. Je tiens le pari que dans trois mois vous reviendrez… ».

    Si M. Houillon veut parier, qu’il le fasse avec ses revenus.

    Opposons notre dignité à ce qui ressemble à une provocation.

    La valeur de notre travail n’est ni à solder ni à brader !

    Ce n’est pas ainsi que l’on répond aux exigences d’un service public de qualité.

    LA PRECARITE DES PERSONNELS MUNICIPAUX DES ECOLES

    A Pontoise, beaucoup d’atsems et d’animateurs enchaînent les CDD (vacataires ou contractuels), certains depuis 15 ans. C’est parfaitement illégal et pourtant monnaie courante et généralisée.

    C’est pratique car cela peut conduire à annoncer le jour de la pré-rentrée à un animateur de l’école Cézanne qu’il n’est pas repris, après 10 ans de bons et loyaux services.

    La méconnaissance totale du droit social, par un maire avocat de profession…La précarité, c’est une vie au rabais, la peur chevillée au corps.

    Il est temps de s’organiser pour exiger un plan de titularisation pour ces personnels.

    LA BAISSE TOUS AZIMUTS DES CREDITS ALLOUES AUX ECOLES

    - 16% de baisse de crédits pour l’achat de matériel scolaire,

    - des cars municipaux mis à disposition jusqu’à…15H, à moins de payer les salaires des chauffeurs

    - le temps périscolaire de 11H30 à 12H30 le mercredi devient payant pour les familles,

    - la prestation de cantine se dégrade puisque les enfants doivent choisir le fromage…ou l’entrée, pour un tarif en hausse pour les familles, etc.

    Les mesures d’économie s’égrènent sans fin…

    Certaines écoles ont voté au dernier conseil d’école (juin 2015) une motion pour demander le rétablissement a minima des crédits antérieurs.

    Quelle est la priorité à Pontoise ? Assurer un cœur de vie scolaire de qualité pour les personnels, les enfants et les parents, ou faire des TAP une vitrine ?

    Dans ce contexte, le maire multiplie des déclarations étonnantes à la presse « Nous avons fait le choix de la qualité pour les Tap ». Et La Gazette du Val d’Oise de citer ses propos de rentrée : « Ainsi, lors de l’année scolaire 2014-2015, 74% des quelque 3 400 écoliers de Pontoise ont bénéficié de 250 000 heures de Tap. Pas moins de 90 associations et clubs de la ville ont participé à ce chantier. Cent vingt animateurs et 213 vacataires ont encadré les différentes activités à Pontoise. À noter, enfin, que le coût de la réforme s’est élevé à 587 000 euros à Pontoise, dont 280 000 à la charge de la commune. »

    Comment ne pas s’étonner de cette publicité faite aux 3 heures de TAPs hebdomadaires, définis comme une priorité au détriment du reste et érigés en vitrine politique, pour un maire qui s’est dit opposé à la réforme des rythmes scolaires du gouvernement et aux décrets Peillon et Hamon.

    Réforme qui transfère de lourdes charges de l’Etat vers les collectivités locales en aggravant les inégalités territoriales, dont les dotations sont par ailleurs en baisse drastique, dans un contexte national de politique d’austérité. Réforme dont on mesure les conséquences en cascades. Pour des Taps qui seront prochainement payants pour les familles, sans compter des problèmes graves de taux d’encadrement l’an passé. La municipalité n’est pas contrainte dans cette orientation.

    Alors, tous ensemble exigeons d’autres choix pour les écoles de Pontoise.

    - MAINTIEN D’UNE ATSEM PAR CLASSE

    - MAINTIEN DES SALAIRES DES ANIMATEURS ET DES ENSEIGNANTS POUR L’ETUDE SURVEILLEE

    - UN PLAN DE TITULARISATION POUR LES PERSONNELS MUNICIPAUX DES ECOLES

    - RETABLISSEMENT A MINIMA DES CREDITS MUNICIPAUX DE 2014

    POUR AGIR, ORGANISONS NOUS ET SOYONS NOMBREUX

    PROCHAINE REUNION MARDI 15 SEPTEMBRE 17H30

    Salle polyvalente du groupe scolaire Cézanne

    Lire la suite
  • Grève 17 septembre contre la réforme du collège

    Chèr-e camarade,

    La rentrée scolaire amène son lot de joies et de tristesses. C’est donc avec une joyeuse tristesse que le mouvement reprend concernant la réforme du collège. Tristesse que le gouvernement reste sourd à nos revendications et joie de pouvoir reprendre la lutte pour améliorer les conditions de travail des élèves et des enseignants.

    Une intersyndicale SNES-FSU, SNEP-FSU, SNFOLC, SNETAA-FO, SFSDPEP-FO, CGT Educ’action, SNEIP-CGT, SNALC-FGAF, SUNDEP Solidaires, SUD Education, SIES-FAEN, SNCL-FAEN, CNGA CFE-CGC, appelle à la grève le jeudi 17 septembre 2015 contre la réforme du collège. Tu trouveras en pièces jointe le communiqué de presse ainsi que le tract d’informations sur la réforme.

    Lire la suite
  • Courrier en direction de l’inspection académique concernant la situation des AVS

    Vous trouverez en pièce jointe la lettre de la CGT Educ’action 95 en direction de l’inspection académique concernant la situation des AVS dans le département et plus globalement le métier d’AESH.

    Nous attendons une réponse et ferons un compte rendu de la rencontre.

    Fraternellement.

    Le bureau de la CGT Educ’action 95

    Lire la suite
  • Pétition contre le passage en tout CCF des épreuves de français et d’histoire-géo pour le BEP

    Une pétition à l’initiative de la CGT Educ’action nationale, et disponible sur ce lien pour une signature en ligne :

    http://www.unsen.cgt.fr/phpPetitions/index.php?petition=5

    Lire la suite
  • Campagne de recensement et de contact avec les AVS/EVS

    Un effort militant particulier de notre syndicat est en cours en vue de constituer un collectifs de personnels AVS/EVS dans le département afin de porter collectivement auprès de la DSDEN des revendications intermédiaires ayant trait aux contrats de travail, à la CDisation, aux salaires…

    Nous avons déjà organisé à Argenteuil des réunions à ce sujet (une trentaine d’AVS présent(es)).

    Il est important que les sections et adhérent(e)s se saisissent de l’affaire et s’adressent aux AVS de leur école ou établissement à l’aide du document de recensement suivant :

    Lire la suite
décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018

© 2015-2016 CGT Educaction 95 | 2015 | Espace privé | Se déconnecter | Réalisé l'aide de SPIP | Hébergé par OUVATON