Accueil > Actualité des luttes >La mobilisation contre la loi Travail continue
 
La mobilisation contre la loi Travail continue

JEUDI 26 MAI - RETRAIT DE LA LOI TRAVAIL

GREVE INTERPROFESSIONNELLE CGT, FO, Solidaires, FSU, UNEF, Fidl, UNL

AG de grève :

- 9H à la maison des syndicats de Cergy.
- 9h Rendez-vous devant la permanence PS « rue piétonne » à Argenteuil + AG devant Mandela à 10h30.

Manifestation régionale

Départ 14H Bastille vers Nation. Rendez-vous au ballon de la FERC.

La loi travail, c’est le retour au XIXe siècle !

C’est un coup de balai sur un siècle de luttes syndicales pour le progrès !
Le 49-3 est un déni de démocratie !
Le 1er ministre Valls l’annonce depuis des mois :
il y aura une transcription à la Fonction publique, contre nos statuts

Les casseurs du Code du Travail doivent retirer cette loi, rejetée par 75% de la population

Déclaration de Valls le 24/09/15 sur le plateau de France 2 « Des paroles et des actes », cité dans le Parisien
« Pas de tabou », sur les fonctionnaires ou le Code du travail. Alors que son ministre de l’Economie a mis le feu à gauche en estimant (en off) qu’il fallait faire évoluer le statut des fonctionnaires, Manuel Valls juge qu’« il faut avoir une approche pratique et non idéologique sur ces questions-là ». « Il ne faut surtout pas de brutalité sur ces sujets », estime-t-il en revanche. « La Fonction publique de l’Etat peut évoluer, mais elle doit rester au cœur de notre pacte républicain et social », poursuit-il, ajoutant : « Il n’y a pas de tabou. Il ne faut pas généraliser, s’il faut moderniser tel ou tel secteur j’y suis favorable. » Quant au Code du travail, qui promet des débats houleux au sein de la majorité, il sera réformé. « Il faut faire une loi, adoptée avant l’été 2016, pour répondre au plus près aux attentes des entreprises et des salariés. Nous devons assouplir notre économie nous devons assouplir notre Code du travail en donnant des droits aux salariés », indique le Premier ministre. »

Dont acte !
La Loi travail démantèle le Code du travail et les accords de branche.

Elle s’en prend aussi directement et immédiatement au Statut général avec la « création du compte personnel d’activité » dans la Fonction publique.

Le CPA à ce stade, contient le CPF (Compte personnel de Formation) et le C3P (Compte personnel de prévention de la pénibilité).

Les statuts sont jugés trop contraignants pour déplacer les agents en cas de restructuration. Une formation professionnelle imposée et individualisée serait alors l’outil de la mobilité forcée. Des droits à la formation individualisée déconnectés des statuts seraient surtout un instrument de plus de la Boite à outils RH pour accompagner les restructurations, les réformes territoriales et imposer à l’agent de discuter seul ses conditions de reclassement avec son compte personnel. Quant au C3P, il remettrait en cause le service actif fixé par corps pour développer le compte individuel pénibilité. Les agents publics (tant fonctionnaires que contractuels) ont des droits individuels pour la formation et la pénibilité dans le cadre collectif du Statut général et de statuts particuliers. Il faut les améliorer et non les supprimer.

Ainsi, à tous les niveaux, de manière directe ou indirecte, la loi Travail aura un impact sur les fonctionnaires et agents publics.

Jeudi 26 mai, c’est une nouvelle journée de grève et de manifestation interprofessionnelle à l’appel de la CGT, de FO, de Solidaires, de la FSU, et des organisations de jeunesse.

Les salarié-es de la pétrochimie, les cheminots, les dockers…sont en grève reconductible avec leurs syndicats CGT SUD et FO. La CGT de la RATP appelle à reconduire la grève à partir du 2 juin.
Jeudi 19 mai, près de 400 000 personnes ont rejoint les manifestations contre la loi Travail, soit près du double de mardi dernier, des dizaines de milliers d’autres étaient sur les barrages et les piquets de grève. 6 raffineries sur 8 sont arrêtées ; la grève est reconduite dans des ports comme Nantes-Saint Nazaire ou Rouen ;
1 cheminot sur 3 est en grève ; chez Rhodia, 16 sites sur 18 sont en grève, les salarié-e-s des aéroports de Paris sont en grève reconductible, la mobilisation des routiers s’étend... Et ce ne sont que quelques exemples !

Et le Premier Ministre ose parler d’essoufflement ! Il ose s’interroger sur la pertinence des manifestations ! Les salarié-e-s, vent debout contre la loi Travail, les 70% de la population opposés au projet de loi, les milliers de manifestants bravant les discours alarmistes sur les manifs viennent de lui apporter une réponse magistrale.

Ils ont pris leurs responsabilités, ce qui est loin d’être le cas du gouvernement.

Oui, irresponsable de parier sur le pourrissement d’un mouvement !

Oui, irresponsable d’entretenir un climat anxiogène !

Oui, irresponsable de dresser les citoyens les uns contre les autres !

Oui, irresponsable de s’obstiner à vouloir imposer une loi qui fait l’objet d’un tel rejet !

Notre responsabilité est de ne pas déléguer la grève à nos camarades de ces secteurs !
Mais bien de tenter de la construire dans l’éducation, même de façon minoritaire.

Documents joints
Tract UD CGT 95 26 mai
Communiqué intersyndical 26 mai
Photos
Affiche UD Val d’Oise
© 2015-2016 CGT Educaction 95 | 2015 | Espace privé | Se déconnecter | Réalisé l'aide de SPIP | Hébergé par OUVATON