Accueil > Actualité des luttes >Communiqué aux écoles de Pontoise et de Cergy suite aux attentats du vendredi (...)
 
Communiqué aux écoles de Pontoise et de Cergy suite aux attentats du vendredi 13 Novembre à Paris et à Saint-Denis.

Argenteuil, le dimanche 15 novembre

Cher-es collègues,

Dans la nuit du vendredi 13 novembre, des attentats ont été perpétrés par des groupes liés à l’extrême droite islamiste, avec la volonté de faire un maximum de morts, aveuglément, dans une salle de spectacle, dans les bars et les restaurants et aux abords d’un stade.
La volonté de perpétrer un massacre. La barbarie.

Nous nous associons à l’immense élan d’émotion et de solidarité avec toutes les victimes et avec leurs proches.

Ces attentats sont des actes ignobles.
Leur violence procède de la même barbarie que celle de leurs commanditaires syriens ou irakiens, qui cherchent, par la terreur, à mettre en coupe réglée des populations entières, à réduire les femmes en esclavage et à liquider tous ceux qui ne pensent pas comme eux.
Quelles que soient les idées dont se réclament ceux qui les ont perpétrés, nous n’oublions pas non plus qu’ils sont des ennemis de tous les travailleurs.

Nous partageons entièrement l’émotion de la population, et en particulier de toutes les victimes de ces attentats et de leurs proches.

Mais nous ne pouvons avoir aucune solidarité commune avec l’Etat français qui instaure l’état d’urgence, aucune solidarité avec son implication dans le désordre international.
Aucune solidarité commune avec un gouvernement qui, comme après le 9 janvier et les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hypercacher, met en avant l’unité nationale, en amplifiant dès le lendemain ses attaques contre le monde du travail.
Car l’unité nationale ne peut se traduire par l’exigence de silence des travailleurs et de leurs revendications pour la justice sociale.

Et surtout aucune solidarité commune avec l’extrême droite française, ses discours haineux vis-à-vis des musulmans et des immigrés, sa revendication d’un Etat policier encore plus fort, ses projets politiques antisyndicaux et antisociaux.

Evidemment nous nous gardons de tout amalgame entre ces tragiques événements et l’actualité sociale sur Pontoise.

Depuis deux mois et demi, une lutte syndicale est engagée sur Pontoise contre les décisions de rentrée de la municipalité, pour défendre les conditions de travail et de salaires, les emplois, de toutes celles et ceux qui au quotidien tentent de faire de l’école un lieu bienveillant, et ouvert au monde.
Un lieu on l’on apprend la tolérance à l’opposé de tous les obscurantismes. Un lieu où l’émancipation reste à conquérir. Un lieu où chaque collègue aura à trouver des mots d’humanité dès lundi matin avec les enfants et les adolescents de leurs classes face à l’horreur.

Cette lutte a aussi pour volonté de ne plus laisser dégrader les conditions d’accueil et d’apprentissage des élèves qui nous sont confiés.

Aussi nous maintenons le préavis de grève déposé pour le jeudi 19 novembre et nous appelons tous les collègues à être en grève et à manifester ce jour là.
Pour faire aboutir nos revendications. Et, affirmer notre attachement à toutes les libertés, dont les libertés syndicales et de grève.

Le bureau du syndicat CGT Educ’action 95

Documents joints
Photos
© 2015-2016 CGT Educaction 95 | 2015 | Espace privé | Se déconnecter | Réalisé l'aide de SPIP | Hébergé par OUVATON